Notre dernier podcast

Voyager dans son espace-temps - 9 juin 2018

Billets no image

Publié le 27 mars 2018 0

Votre montre vous enlève de la vie !

Le « temps propre » qu’utilisent les physiciens équivaut au « Temps » vécu physiquement, impulsé par chaque corps au cours de son expérience. Comme je l’ai décrit depuis plusieurs années, c’est ce même Temps, celui qui nous est « propre », et qui s’auto-génère via notre vie personnelle (plus précisément nos fonctions neurosensorielles – cf. articles). Pourriez-vous en douter ? Alors je vous invite à écouter cet échange « hors du temps » entre ces deux physiciens exceptionnels que sont Etienne Klein et Carlo Rovelli (« La conversation scientifique » du 17 mars). Vous ne faites pas « immédiatement » le lien avec le titre de ce billet ? Cela se comprend,… alors lisez la suite.

Si je vous dis ces trois choses :

  • Il nous est impossible de penser « le » temps (proche du commentaire d’E. Klein – chrono 51 : 35). Quoi de plus normal, le temps des physiciens étant par nature « physique », cogéré par notre cerveau reptilien et nos sensations (vérifié par les  neurosciences depuis des années). Or nous « pensons » à l’aide de notre cerveau limbique (parfois cognitif) via nos émotions (confirmé par la neuroscience cognitive). Concrètement parlant, nous ne pouvons ressentir consciemment « le temps des physiciens » qu’au « moment présent ». Proche de celui vécu en « méditation ».
  • La « vie intérieure» constitue le moteur du « Temps » (propre). Oui, absolument, y compris pour les scientifiques. Concrètement, notre Temps est créé par nos propres impulsions neurosensorielles. Pour valider cette réalité vécue, en conscience, il suffit de vérifier au quotidien que toute expérience vécue est celle de l’observateur (qu’elle soit « physique », « mentale » ou « imaginaire »). C’est un fait incontournable, nous n’avons accès consciemment qu’à « nos expériences propres » ! Et, bien sûr, cela est également vrai pour le physicien (qui, jusqu’à présent, pensait expérimenter des processus dans un « extérieur » unique. Un espace 3D, « inertiel » et collectif).
  • « C’est la peur de la mort qui contamine notre pensée du Temps » (E. Klein – émission 53 :18). Je partage cette affirmation. Elle rejoint mes propres propos tenus au cours du livre « Eloge du Futur» (Ed. Persée, 2016). De très récents travaux de neuropsychologie en font état : culturellement nous avons développé mentalement un « méta hypo fonctionnel » qui nous prive de liberté mentale sur la notion « du temps qui passe » (celui des physiciens).

En résumé, comme le dit à sa façon Carlo Rovelli (émission – 54 : 37), « Le Temps… c’est nous » !  

Comprenez-vous alors moins confusément : le temps de votre montre (de l’horloge… terrestre), à savoir celui des physiciens (et de votre « matière »), tend à vous priver de votre propre Temps (individuel). Car celui-ci est impulsé par votre propre vie (toutes vos expériences vécues – comportementales, mais surtout sociales et projectives). Ainsi toute activité psychophysiologique parcourue sans associer vos propres rythmes, c’est-à-dire vos propres fréquences (donc vos temporalités), produit un « vécu intérieur » non cohérent. Un moment de vie alors « perdu »… pour vous.

Autrement dit, le temps de votre montre vous enlève de la vie !

Auriez-vous encore un doute ? Il vous suffit d’enlever votre montre durant cinq à six semaines (… il vous reste votre smartphone). Vous constaterez alors que votre « vie intérieure », source de créativité, redeviendra plus riche (comme ce fut le cas au début de votre enfance) !


A propos de l'auteur



Laisser un commentaire

Back to Top ↑
  • Accès libre Tipeee & NW Science Télécharger Acheter Télécharger
  • Connexion

  • Derniers articles