Notre dernier podcast

Voyager dans son espace-temps - 9 mars 2016

Billets no image

Publié le 27 juin 2017 1

Violences & Libertés… oubliées ?

Henri Laborit, brillantissime neurobiologiste (et philosophe hors pair), fut le premier à comprendre et détailler le processus d’homéostasie neurosensorielle. Il fut également le premier à découvrir comment l’humain élabore son propre Temps en 3D (Futur> Passé> Présent – La légende des comportements, Flammarion 1994). Ce faisant il démontra que chacun de nous choisit à chaque instant entre Fuite, Lutte, ou Inhibition (j’évoquerai cette dernière lors un prochain billet), dans l’objectif inné de revenir vers un nouvel équilibre neurobiologique. Seule source possible de « bien être » neurosensoriel (et de « motivation », via notre réseau MFB). C’est ainsi que la « fuite comportementale » constitue le premier réflexe de « survie » du bambin (la vie de l’instant suivant), tout en limitant l’énergie nécessaire à déployer. Ce schéma grégaire s’est ensuite transposé au mental à partir de l’enfance, puis éventuellement à « l’esprit » à partir de l’adolescence. Ce qui apporte à chacun, plus ou moins, une sensation et/ou un sentiment de « Liberté » (très peu énergivores). Autrement dit la « Fuite » construit nos réactions individuelles les plus les plus faciles et fréquentes. Les plus constitutives de nos objectifs culturels, mais multipliant potentiellement nos interdits, tabous, croyances et autres réflexes de « fuites intimes » (soi-disant inconscients) !

Vous l’aurez déjà compris, l’individu ne peut pas toujours « fuir », et n’a d’autre solution que de parfois « lutter » afin de revenir à plus homéostasie. Que ce soit par ses actes (dès la naissance), son verbe (dès l’enfance), puis ultérieurement par sa créativité (acte de l’esprit). Sous une forme plus ou moins volontaire et intrusive, ce réflexe de lutte, qui demande une énergie soutenue durant sa mise en œuvre, est toujours constitutif d’une « Violence » (réelle ou potentielle). Une violence faite à l’autre et/ou à soi-même ! Face à ce constat, que pourrions-nous alors améliorer, pris dans ce choix cornélien entre « Liberté fuyante » et « Violence lutteuse » ?

Aurions-nous oublié comment nous avons, « en son Temps », appris à construire un équilibre entre potentiel de liberté… et de violence ? En fait la vraie question du « vivre mieux » ne réside pas dans un choix entre « libre » Fuite ou Lutte offensive (source de violence). Non, la solution globale la plus réussie dans la durée (celle de notre vie et celle du groupe), consiste à exprimer à chaque instant nos propres « Sentiments> Emotions> Sensations ». Ce qui permet alors de mieux déployer en continu nos trois temporalités, et ainsi de… vivre intérieurement notre quotidien en « pleine conscience » !


A propos de l'auteur



One Response to Violences & Libertés… oubliées ?

  1. Pingback: Le mensonge… à soi-même ! | NW Science

Laisser un commentaire

Back to Top ↑
  • Connexion

  • Derniers articles