Notre dernier podcast

Voyager dans son espace-temps - 9 mars 2016

Billets no image

Publié le 6 juillet 2017 0

Un contrat de travail… “3 D” ?

A l’heure où syndicats et patronats ancienne génération s’enflamment inutilement les neurones en évoquant le Code du Travail, les démocrates du Futur, qu’ils soient « acteurs sur le terrain » ou législateurs, aimeraient que les contrats de travail puissent représenter objectivement le vécu réel du « monde du travail ». Egalement une réalité plus confiante pour celles et ceux qui s’y investissent. Car oui, nos contrats de travail traditionnels sont encore d’une vieille philosophie 3D « Perdant> Gagnant> Perdant », et cela que nous soyons employeur ou employé.

Si vous me lisez de temps à autre, vous aurez compris que les « 3D » évoquées en titre sont nos 3 Dimensions temporelles de type « Futur> Passé> Présent » (les « 3D spatiales », essentiellement « sociales » dans ce contexte, ne sont pas concernées par ce billet. Souvent elles se résument même à une seule « D », à savoir une « Flèche entropique » – clin d’œil aux sociologues). Dans ce contexte intimement vécu par chacun, « le sens, le savoir et la réalité » d’un travail convenu entre deux parties peuvent se résumer très simplement en orientant individuellement les trois temporalités portant l’activité précise du salarié… dans le cadre social de l’entreprise. Celui-ci étant clairement défini (par le « patron »), il ne reste donc à chaque salarié potentiel qu’à fixer en commun ses trois axes temporels déterminant… son job. A savoir, pour chaque instant « travaillé » (où il s’investit),

  • Ce vers quoi il doit en permanence tourner son esprit, donc le cap vers lequel tendre (un Futur ici collectif),
  • De quelles qualifications mentales doit-il disposer (via des formations, par ex.), acquises durant son Passé, pour mener au mieux sa mission ?
  • Quelles aptitudes comportementales doit-il mettre en œuvre au Présent pour réaliser « concrètement » ce qui est convenu, chaque semaine, chaque mois, … ?

Assez souvent les attendus ci-dessus sont proches des critères définis dans les « fiches de poste ». Et bien entendu, suivant l’évolution de l’entreprise et/ou celles du salarié, chacune de ces 3 Dimensions temporelles peuvent être amendées par les deux parties. C’est ainsi qu’un contrat de travail parfaitement adapté à chacun, et à l’entreprise, peut être défini simplement et ouvertement. Les autres « conditions générales » pouvant alors être annexées au contrat de base (conventions collectives, règles d’hygiène et de sécurité, etc..). Notons que dans une telle relation cohérente, « responsable & humaniste », le recours aux Prud’hommes deviendrait plus rare, et la représentation syndicale serait plus tournée vers l’humain (et le « développement des personnels »… au sein d’une société qu’ils ont choisie !).


A propos de l'auteur



Laisser un commentaire

Back to Top ↑
  • Connexion

  • Derniers articles