Notre dernier podcast

Voyager dans son espace-temps - 9 mars 2016

Publications publi24

Publié le 16 juin 2013 0

La Science prépare-t-elle notre Avenir ?

L’homme moderne, c’est-à-dire chacun d’entre nous, cherche en permanence une référence pensante capable de le rassurer sur la suite… des événements. Nous avons ainsi, au fil de nos croyances du moment, choisi comme « guides suprêmes » divers dieux, eux-mêmes relayés par des intermédiaires (prophètes et oracles de tous poils), qui diffusent sur le terrain « la » vérité via leurs prêtres certifiés. Aujourd’hui, « les scientifiques » de nos démocraties ont pris à leur compte ce rôle de guides suprêmes. Car en effet, dans un univers quotidien où tout passe par la technique et la technologie, dont chacune de nos interactions personnelles (informations, nourritures, argent, …, relations intimes), la population dans son ensemble a progressivement élu au rang ultime ces savants très symboliques. Régulièrement, nous en arrivons même à déifier certains de leurs pairs (Einstein, Freud, …, Curie).

Nous voici donc rassurés, car les scientifiques, dieux parmi les dieux, savent, ou sauront. Il est en effet un terrain sur lequel le scientifique tient le haut du pavé : son objectivité reconnue, et tenue comme principe fondamental de tout… ce qu’il a compris, doit en permanence l’emporter face à des hypothèses peu rationnelles, voire à des affirmations allégoriques ! Cependant, tout comme l’ont pratiqué d’autres pouvoirs de pensée avant nos démocraties laïques, les scientifiques ne tiennent leur puissance de conviction que par trois paramètres fondateurs : un recrutement de nature tautologique, un budget alloué très substantiel, et un accès quasi-impénétrable pour le quidam. Pourtant, et ce malgré une rhétorique ancrée sur ses expériences… objectives, « La Science » officielle, tout comme nos religions ancestrales, se nourrit de sa propre culture tel un « générateur poïétique »… de théories. En quoi est-ce un problème ? Ce processus d’auto-alimentation se développe via un processus inverse à celui des découvertes, quant à elles toujours vécues « à contre-courant » ! C’est ainsi que nos guides suprêmes, fussent-t-ils scientifiques, déploient par nature des injonctions toujours issues de leur passé… culturel. Notre culture serait-elle alors un poison potentiel ? Pas forcément, car constituer une bibliothèque n’a jamais empêché quiconque de réfléchir plus loin, de prendre conscience et de créer les connaissances… du futur !

Comment alors relier nos cultures dépassées… mais présentes, avec celles d’un  futur non encore conscientisé ? Nous ne voyons qu’une seule issue possible pour chacun d’entre nous, élite motivée ou simple citoyen concerné par la survie de son espèce : interagir librement avec les habitudes ambiantes, celles de notre propre culture, et simultanément pouvoir s’en extraire afin de la critiquer, prendre le recul nécessaire, pour enfin découvrir des solutions nouvelles. Tel est le travail à fournir pour rendre imaginable… notre Avenir !


A propos de l'auteur



Laisser un commentaire

Back to Top ↑
  • Connexion

  • Derniers articles