Notre dernier podcast

Voyager dans son espace-temps - 9 mars 2016

Billets no image

Publié le 15 juillet 2017 0

Dépendances humaines

Notre psyché, assujettie à trois orientations temporelles (cf. publication 02.2015), est en quête permanente de survie. Par ailleurs nous développons au cours de notre vie trois niveaux d’instinct, dits « réflexes ». Leur stade comportemental, relié au cerveau reptilien, a été parfaitement décrit par H. Laborit. Lequel précisa dans la foulée l’extension mentale de ces trois « états d’urgence de l’instinct » (Fuite, Lutte, Inhibition). Un vécu de réflexe mental relié au cerveau « limbique » (celui de tout animal social). Mais, comme tout scientifique « culturellement normé », il ne put décrire le troisième niveau instinctif de survie,…  à savoir celui de notre « esprit » (lié au néocortex préfrontal). Celui-ci est également un réflexe de vécu intérieur, une « recherche instinctive » qu’aucun de nous ne peut nier. A savoir une quête vers toujours plus de « liberté intérieure ». Notons que la démarche inverse se nomme « dépendance intérieure ». Je vous propose ici de vérifier en quelques lignes en quoi tout déficit de liberté psychique, souvent induit par nos propres cultures personnelles (durant chaque stade de croissance), nous conduit systématiquement vers plus de dépendance intime, et d’incohérence intérieure. En général vers plus de révolte,… ou de résignation (et dans tous les cas, dune réduction de liberté). Nous allons pour cela simplement passer en revue les trois stades possibles de liberté humaine.

La liberté comportementale, une fois les interdits éducationnels dépassés, devrait apporter plus de satisfactions, plus de plaisirs. Or souvent il n’en est rien. L’enfant, l’ado puis l’adulte s’enferme fréquemment dans des comportements dépendants. Ils peuvent s’avérer de nature pavlovienne (interdit, habitude irrépressible, réflexe de violence, TOC, …), mais parfois aussi plus « business » (drogues, tabac, alcool, sexe, sucre, travail, …, réseaux sociaux). Ces dépendances comportementales, à l’opposé de toute liberté (d’action), ont ceci en commun qu’elles dégradent toutes la santé de l’individu (au sens médical du terme). Alors, comment éviter cette « dépendance attitude » ? En fait, la seule solution possible consiste à « passer au niveau supérieur »… de conscience.

Au-delà du reptile notre psyché développe son mental (limbique & social). Premier constat qui en découle : tout ado ou adulte aux comportements dépendants n’a pas (encore) développé un mental suffisant… eu égard à ses instincts physiologiques. Mais comment alors expliquer que de puissants « intellectuels » puissent étonnamment s’avérer violents, fumeurs, alcooliques, … ? Revenons quelques lignes en arrière, là où je parlais de « conscience ». Car oui, il y a une différence fondamentale entre « intellect » et « conscience ». Celle-ci possède un vécu associant « intérieur et extérieur ». Alors que notre « intelligence culturelle » ne reconnait que la vie extérieure ! On peut ainsi commencer à comprendre que la « liberté vraie » nécessite également une reconnaissance de notre vécu intérieur, seul moyen humain pour agir et réagir « en conscience ». Et pour appréhender cela d’une manière non « intellectuelle », il est donc indispensable de pouvoir conscientiser, en nous-mêmes, l’orientation temporelle de nos comportements (vécu au Présent), et celle de nos paroles pensées (issues du Passé).

Alors me direz-vous, vivre plus en conscience mentale, au-delà de nous aider à mieux gérer nos libertés comportementales, va-t-il également nous libérer de nos dépendances mentales (certitudes et croyances diverses – religieuses, ésotériques ou « académiques ») ? Que nenni. Là encore il nous faut « passer au stade supérieur », à savoir celui de notre esprit ! Ainsi, investir plus notre esprit (via par ex. notre « esprit critique », et/ou notre « ouverture d’esprit »), permet spontanément de développer notre conscience mentale, et donc… notre liberté mentale. Oui, que nous le voulions ou non, « que nous le croyions ou non », seul notre « développement spirituel » (ici au sens neurosensoriel du terme)… nous permet véritablement de diminuer nos dépendances, nos addictions. Avançons alors en toute liberté grâce à notre esprit personnel vers un Futur enfin plus ouvert !


A propos de l'auteur



Laisser un commentaire

Back to Top ↑
  • Connexion

  • Derniers articles