Notre dernier podcast

Voyager dans son espace-temps - 9 juin 2018

Billets no image

Publié le 12 juillet 2018 0

Dans quelle « bulle » je m’éclate ?

Sous cette question inhabituelle se dissimule l’accès à votre « vraie vie », celle impulsée par votre « vie intérieure » ! Bien entendu les plus affairés d’entre vous argumenteront que leur vie est trop occupée « à l’extérieur » (… d’eux-mêmes). Et, inévitablement, les plus intellectuels rangeront aussitôt cette question dans l’astucieuse bibliothèque de leur « inconscient » (alibi freudien). Je m’adresse donc ici aux rescapés du monde conventionnel, de culture cartésienne. Un monde enseigné, délimité par un « business model » hyper-tayloriste affairé au Présent, et un « hypo-psychisme » conservateur issu du Passé, lequel a boycotté notre « vécu intérieur ». Autrement dit je m’adresse à celles et ceux motivés par un devenir commun, et tout ce que leur vie saura découvrir ou offrir (au Futur). Dit encore autrement, aux « esprits ouverts » !

Mais avant de célébrer l’ouverture de nos esprits, ultime étape de l’humanité, vérifions quelles « strates ontogénétiques » chacun de nous doit conforter au préalable. Qui que nous soyons, notre motivation première concerne la sauvegarde de notre « bulle physique ». Oui, alors que l’essentiel semble se « vivre au Présent » (appelé « concret »), nos fonctions sensorielles reptiliennes « toucher, goûter, sentir, entendre, voir » encadrent notre capacité à vivre nos plaisirs immédiats (et « avoir » de bonnes sensations). Si possible, à vivre nos plaisirs idéaux (sensations « jouissives »). Pouvant nous éclater dans notre bulle physique (par nature égocentrée), et jouir du fameux « moment Présent », un questionnement légitime apparait alors. « Pourrais-je mieux m’éclater encore avec d’autres ? ».

Notre phylogenèse a répondu à cette question par la « vie sociale » (l’union faisant la force). A ce stade ontogénétique notre motivation instinctive évolue alors vers la sauvegarde d’une « bulle mentale » partagée (cf. NWScience). C’est-à-dire une motivation instinctive pour mieux « savoir » ce qui sera bon pour nous. Et, si possible, découvrir des émotions collectives via nos fonctions neurosensorielles limbiques « (ap)prendre, déguster, ressentir, écouter, regarder ». Procurant parfois de la « joie », expression ultime de notre motivation mentale. A ce stade de maturité de notre « bulle culturelle », surtout valorisée depuis le « siècle des lumières » (cf. Eloge du Futur), un dernier questionnement apparait alors aux bulles les plus évoluées : « comment pourrions-nous nous éclater plus librement et durablement encore ? ».

Oui vous avez compris, notre ouverture sociale à plus « d’esprit critique » a permis in fine l’essor d’un esprit individuel. Une bulle ontogénétique émergente, spécifique à notre humanité, garant d’un équilibre entre « physiologie individuelle » et « psychologie culturelle ». Mais, surtout, une bulle personnelle nous impulsant bien au-delà des savoirs habituels. En effet, munis de ses fonctions neurosensorielles préfrontales « accueillir, découvrir, pressentir, prédire, prévoir », notre esprit peut nous offrir bien « plus que la somme de ses parties préexistantes » !

Alors, dans quelle bulle vous éclatez-vous le mieux ? Il est très simple de répondre à cette question. Si votre quotidien se focalise essentiellement sur votre personne, cela signifie que vous êtes égocentré (et privilégiez votre Présent). Si vos activités sont majoritairement mentalisées, vos réflexes se tournent vers une vie plus culturelle (anthropocentrée, privilégiant aussi « le » Passé). Enfin, votre motivation profonde consacre-t-elle « LA VIE » sous toutes ses formes ? Votre esprit vous permet également de vous « éclater », librement et durablement, sous les trois latitudes psychiques de votre « univers intérieur » 3D (Futur> Passé> Présent!


A propos de l'auteur



Laisser un commentaire

Back to Top ↑
  • Accès libre Tipeee & NW Science Télécharger Acheter Télécharger
  • Connexion

  • Derniers articles